L'actualité de la plongée
Activités du site
Accueil » Actualité » Récits de plongée » Le dernier requin ?

Le dernier requin ?

Le dernier requinLa journée démarre bien, une atmosphère claire comme un lendemain de pluie. Cela fait une petite semaine que nous sommes arrivés dans cette île tropicale encore préservée de l’urbanisation. La simplicité des habitants et leur accueil nous ont tout de suite touché. Un Anolis, lézard vert se dorant sur une branche au soleil nous rappelle qu’à Paris l’hiver et le froid sont de mise. Cela nous rend encore plus heureux.

Depuis plusieurs années et surtout depuis que ma femme s’est mise à la plongée, nous choisissons nos destinations de vacances par rapport aux sites de plongée. Bien souvent les plus belles choses que nous voyons sont sous l’eau. Donc au programme de ces vacances, deux plongées par jour, voire une ou deux de nuit. Le spectacle et l’ambiance y sont tellement différents avec les crustacés de sortie.

Ce matin, la plongée s’annonce parfaite, nous préparons notre matériel en discutant avec d’autres plongeurs avec lesquels nous avons sympathisé les jours précédents. Je plonge en autonomie avec mon épouse, comme d’habitude. Nous nous connaissons parfaitement et nous avons notre propre langage de signes sous l’eau. Nous embarquons sur le bateau, nous installons notre bloc, au milieu du semi-rigide. Tout le monde s’installe et le patron du club met les gaz, direction un piton au large à une bonne demi heure.

Quand je vous disais que la journée commençait bien, en cours de route nous croisons une baleine à bosses. Nous ralentissons et restons à ses côtés pour l’admirer. Elle semble nous ignorer et poursuit son chemin. Nous l’accompagnons une dizaine de minutes en prenant tous de nombreuses photos. Quel spectacle ! Nous n’en espérions pas tant. Allez, partis comme çà, nous espérons croiser raies, barracudas et des tortues.

Nous arrivons sur site et observons avant de nous mettre à l’eau deux bateaux non loin sans pavillon. Nous ne traînons pas et nous nous mettons à l’eau rapidement car il y a un peu de courant.

Et c’est parti. L’eau est cristalline, le courant ne se ressent pas une fois sur le récif de corail. Ce dernier est en parfait état. Des éponges tubulaires géantes de toutes les couleurs et des tables coralliennes nous accueillent à une dizaine de mètres de profondeur. Nous continuons notre descente et nous croisons un banc de Platax très tranquilles. Le banc est imposant et nous les laissons poursuivre leur route. A cet instant nous apercevons la nage caractéristique d’une tortue qui vient droit sur nous. Cela fait à peine vingt minutes que nous sommes sous l’eau et nous sommes enchantés. Que du bonheur ! La tortue nage assez rapidement et semble quelque peu effrayée, curieux. Nous la regardons passer à côté de nous comme une flèche, elle semble paniquée et parait fuir quelque chose. Nous n’avons pas croisé beaucoup de tortue depuis notre arrivée. Cette rencontre nous ravit mais nous laisse un sentiment étrange.

Nous suivons la tortue du regard qui remonte le tombant et nous nageons avec elle quelques instants. Mais elle file trop vite. Nous décidons alors de reprendre notre balade. Quelques coups de palmes et nous voilà à une dizaine de mètres plus bas. C’est à ce moment là qu’un bruit violent qui semble venir de la surface nous fige. Nous jetons un oeil à la surface et nous voyons une coque de bateau. L’eau claire nous permet de bien distinguer son contour. L’eau est très agitée sur un de ses côtés. Nous avons l’impression qu’un combat de titans se déroule là-haut. Un étrange sentiment nous traverse tous les deux à ce moment précis. Nos regards se croisent, mais nous ne bougeons pas et continuons d’observer. Des bruits sourds nous parviennent, comme des coups dans la coque. Nous croyons distinguer une masse qui s’agite.

Tous les poissons pélagiques évacuent la zone, la mer se vide. La tortue elle aussi, fuyait. Tous flairent un danger et c’est communicatif. Une angoisse nous prend et nous envisageons de nous éloigner de la zone. Mais nous restons... Soudain, les bruits sourds et l’agitation en surface s’arrêtent. Sensation bizarre, mais les événements s’enchaînent, quelques minutes passent et nous entendons un gros « plouf ». Une masse vient de pénétrer dans l’eau et file vers le fond dans notre direction. Le corps descend rapidement en s’agitant. Une traînée le suit et un nuage rouge se forme en surface. C’est du sang ! Le corps se rapproche de nous, il est élancé et imposant. Sa peau grise argentée reflète les rayons de lumière. Il s’agite toujours mais il ne maîtrise ni sa nage ni sa direction, c’est un requin ! Le premier requin que nous voyons depuis que nous plongeons mais celui-là vient droit sur nous et sans nageoire ni aileron. Il tombe littéralement sur le fond où il s’agite encore. Des filets de sang s’échappent des emplacements de ses nageoires. Le spectacle nous cloue sur place. Nous avons envie de l’aider, de le caresser, nous ne savons plus. Les larmes nous viennent aux yeux pendant que le requin agonise sur le récif.

Nous écourterons cette plongée et remonterons choqués par ce spectacle morbide.

Est-ce le premier et le dernier requin que nous verrons ?

Alain - Décembre 2009

Rechercher
Blogs plongée